Ecosafaris : safari en immersion
id

Kunene nord (Kaokoland)

Présentation

Bienvenue en terre Himba ! Parfois encore appelée Kaokoland, la partie nord de Kunene, située dans le Nord-Ouest de la Namibie, à la frontière avec l’Angola, fait aujourd’hui partie des quatorze régions administratives du pays. Sa capitale est Opuwo.

A l’origine, le Kaokoland (qui signifie « terre lointaine ») était un bantoustan autonome (région créée durant la période d'apartheid dans le Sud-Ouest africain), regroupant des africains issus de l’ethnie Himba ainsi que quelques Héréros, chassés de leurs terres, et pratiquant le semi-nomadisme. En 1964, la population du Kaokoland s’élevait à environ 5000 habitants et la langue officielle était le Himba.

Son territoire, désertique à l'Ouest et semi-désertique à l'Est, était délimité par le fleuve Kunene au Nord et par la rivière Hoanib au Sud, englobant le nord du désert du Namib et longeant la Côte des Squelettes. Très isolé du fait de son relief, le territoire du Kaokoland n'a été colonisé que tardivement par les Allemands.

Ce n’est qu’en 1989 qu'il réintégra la Namibie au sein de la région de Kunene, aujourd’hui encore l’une des régions les plus méconnues de Namibie. Elle constitue pourtant un sanctuaire quasiment intact pour la faune et la flore sauvages, et une destination de prédilection pour les voyageurs en quête de safari hors des sentiers battus !

Kunene nord Kaokoland 1

Pourquoi visiter la région de Kunene?

Parce qu’elle ne ressemble à aucune autre... Son relatif isolement en fait une contrée mystérieuse, réservée aux aventuriers et aux explorateurs, curieux de découvrir le pays en profondeur.

A travers ses paysages grandioses, son exceptionnelle biodiversité, mais aussi à travers les hommes qui peuplent cette terre depuis des centaines d’années : les Himbas.

Partez à leur rencontre à l'occasion d'une randonnée guidée et découvrez leur mode de vie traditionnel en symbiose avec la nature et la faune sauvage qui les entourent. Le Kaokoland est en effet le refuge de nombreuses espèces animales qui s'y déplacent en toute liberté.

Au coucher du soleil, quand les majestueuses montagnes qui font la réputation de la région se teintent de couleurs dorées, éléphants et rhinocéros viennent notamment s’abreuver en nombre auprès des points d’eau, ajoutant à la magie et à la sérénité des lieux…

Rhino Kunene

D’un point de vue géographique, le nord du Kunene s’apparente à une succession de petites chaînes montagneuses d’une altitude moyenne de 1 400 mètres, et dont le point culminant est le mont Baynes (2 039 mètres d'altitude).

La région porte aujourd’hui le nom du fleuve qui la borde au nord, à la frontière avec l’Angola, et qui alterne entre de belles piscines naturelles et de puissantes chutes d’eau, comme les chutes de Ruacana, les plus hautes du Kaokoland, ou encore les chutes d’Epupa. Elles font partie des attraits majeurs de la région.

Epupa Falls

Que voir, que faire dans le nord de Kunene?

Admirer les magnifiques chutes d'eau fait donc partie des incontournables de la région. Or la rivière Kunene permet également la pratique de nombreuses activités sportives et aquatiques. Avis aux amateurs d'aventure!

Explorer les chutes d'Epupa et de Ruacana et partir à l'assaut des rapides du fleuve Kunene

Situées à environ 190 kilomètres en amont de l’embouchure du fleuve Kunene, les chutes d’Epupa sont composées de 22 cascades s'étendant sur près d’1,5 kilomètres, la plus haute retombant sur 37 mètres ! L’incroyable beauté du site est renforcée par la présence de baobabs à flanc de roche et de palmiers tout au long de la rivière.

Hautes de 120 mètres sur 700 mètres de large, les chutes de Ruacana sont également très impressionnantes, en particulier à la saison des pluies, lorsque le volume d’eau est à son comble. Les chutes jaillissent alors puissamment en nimbant les gorges de brume.

Ruacana Falls

Pour explorer les chutes en toute sécurité et en saisir toute la beauté, mieux vaut toutefois être accompagné d’un guide et privilégier les mois de mars à mai. Les pistes pour y accéder sont à nouveau praticables, et les couchers de soleil sur les chutes magiques!  

Outre l’observation des chutes, la région permet de belles randonnées, mais aussi des excursions en canoë-kayak ou en rafting sur la rivière.

Les amateurs d’aventure et de sensations fortes pourront ainsi partir à l’assaut des rapides d’Ondurusa et jouir de vues spectaculaires sur les chutes, quand les moins téméraires profiteront des belles piscines naturelles du fleuve pour se rafraîchir. Le Kunene fait aussi le bonheur des amateurs de pêche !

Aller à la rencontre du peuple Himba à Purros

Le Kaokoland est la terre du peuple Himba depuis des centaines d’années. Bergers pour la plupart et reconnaissables à leur peau teintée d’ocre rouge, les Himbas sont un peuple semi-nomade.

Ils ont été rejoints par les Hereros au XVIème siècle, avant d’être chassés de la région par l’armée coloniale allemande au XIXème siècle. Alors réfugiés dans l’Angola voisin, ils regagnèrent peu à peu les terres du Kaokoland une fois l’indépendance de la Namibie recouvrée et avec, leurs moyens de subsistance.

Aujourd’hui encore, les quelques 10 000 Himbas qui occupent les 30 000 km2 du Kaokoland vivent de manière semi-nomade, se déplaçant dans la région à la recherche de terres pour faire paître leur bétail.

Himba3

Situé à environ 100km au Nord-Ouest de Sesfontein, Purros est un village traditionnel himba emblématique du Kaokoland, et une étape incontournable pour les voyageurs en quête d’immersion. Le village reculé vit principalement des recettes de la vente de bijoux aux touristes et des visites guidées proposées par les Himbas. La région abrite également d’importantes populations d’éléphants et de lions du désert.

Puros2

Embarquer pour un safari à la découverte de la faune sauvage

Avec ses paysages semi-désertiques et ses grands espaces parcourus d’antilopes, de girafes, d’éléphants du désert et de rhinocéros noirs, le nord de Kunene est aussi propice aux safaris et à l’observation des oiseaux, et nul n’est besoin de se rendre à Etosha pour cela. La faune sauvage du Kaokoland évolue ici en toute liberté!

Girafes Kunene

A l’écart des sentiers touristiques, découvrez la Namibie insolite, sauvage et authentique...

Randonner et bivouaquer dans les vallées de Hartmann et Marienfluss

Situées à l'extrême nord-ouest du Kaokoland, les vallées voisines de Hartmann et Marienfluss, orientées selon un axe sud-nord, débouchent toutes deux sur le fleuve Kunene et sont de véritables eldorados pour les randonneurs. Or s’y rendre en voiture est une expédition ! Mieux vaut privilégier le transport aérien.  

Marienfluss valley1

La vallée de Hartmann abrite notamment des troupeaux d'oryx, de springboks et des zèbres, seuls survivants du désert aux côtés des Himbas. La piste ocre qui la traverse serpente au milieu de belles prairies d’herbe rase et de massifs granitiques comme sculptés par les vents.

Bivouaquer dans l’une de ces deux vallées est une expérience magique !

Kunene nord Kaokoland 5

Partir en excursion dans la vallée de la rivière Hoanib depuis Sesfontein

Situé à la frontière entre le Kaokoland et le Damaraland, le petit village aride de Sesfontein ("six fontaines") est une étape bienvenue pour se réapprovisionner en essence et passer la nuit dans un lodge confortable, établi dans un ancien fort colonial allemand.

Or Sesfontein est surtout le point de départ privilégié pour une excursion en 4x4 dans la vallée de la rivière Hoanib à la recherche de ses fameux éléphants du désert.

Hoanib river1

A l’Ouest, le Kaokoland est bordé par le parc national de l'énigmatique Côte des Squelettes, situé à une trentaine de kilomètres seulement à l'ouest de Purros, mais dont l'accès est difficile par la route du fait de l’abondance de sable, qui plonge cette partie extrêmement sauvage de la côte dans une atmosphère désolée, où les épaves de navires parsèment le rivage.

Skeleton Coast épave

Bon à savoir avant de partir dans le nord de Kunene

Kunene possède un climat désertique avec une température moyenne annuelle de 25°C et de faibles précipitations concentrées sur les mois de décembre à mars. Les mois de mars à mai sont les plus favorables pour explorer la région et notamment les chutes d’Epupa et de Ruacana.

Du fait de son isolement, le Kaokoland requière une certaine logistique. La plupart des routes qui le traversent sont en effet des routes départementales, voire des pistes.

Un véhicule 4x4 équipé d’un GPS et/ou de cartes routières est donc indispensable. De plus, soyez prévoyants si vous partez à la découverte du Kaokoland en toute liberté, les stations d’essence sont souvent éloignées les unes des autres.

Les lodges et hôtels confortables ne manquent pas dans la région, à l’image du luxueux Okahirongo Elephant Lodge, mais il serait dommage de ne pas tenter l’expérience d’une à plusieurs nuits en bivouac ou en camping pour une immersion totale au cœur de la vie sauvage !

Okahirongo elephant lodge1

Namibie
Des questions ?

Voyages faisant étape à Kunene nord (Kaokoland)