Ecosafaris : safari en immersion

Quels animaux voir lors d'un Safari en Namibie ?

L'objectif principal de tout safari reste de pouvoir observer au plus près les animaux sauvages en pleine immersion. Mais quels sont les animaux que l'on peut voir et observer en Namibie lors d'un safari ? Vous allez voir que la liste est longue et que la Namibie, à travers ses diverses réserves naturelles, propose une biodiversité d'une richesse incroyable !

Le lion (Panthera leo) en Namibie

Le lion (Panthera leo) en Namibie

Le lion est le carnivore le plus puissant du continent Africain. Un mâle adulte peut peser entre 150 et 225 kg et mesurer entre 240 et 350 cm. Une femelle pèse entre 120kg et 150kg et mesure entre 210 et 275 cm. Leurs dents peuvent broyer os et tendons et ils peuvent s’attaquer à une girafe mâle.

Les femelles et les mâles sont clairement différentiables et les rôles sont départagés. Les mâles protègent le territoire et les femelles s’occupent de la chasse. Elles chassent en groupe contrairement aux autres félins.

C’est au crépuscule que la lionne chasse, la chaleur les rends inactifs au moins vingt heures par jours. Les touristes auront donc plus de chance de les apercevoir lors d’expéditions nocturnes.

Afin d’attraper sa proie, la lionne se cache dans les hautes herbes puis s’approche discrètement de celle-ci. Ce sont les mâles et les lionceaux qui se serviront en premier du repas.

En général, une famille de lions est constituée de plusieurs mâles (2 ou 3 frères), de 15 femelles de la même famille et de jeunes.

Bien que l’espèce soit en danger, le nombre de lions est en progression en Namibie depuis une dizaine d’années. Ils seraient environ 800.

Pour apercevoir ces fauves, il faut se rendre à Etosha. Le parc abrite la plus grande concentration de lions, entre 450 et 500. Les lions sont plus présents autours des cours d’eaux, où ils viennent chasser les troupeaux d’antilopes ainsi qu’aux frontières du parc.

Une autre population de lions (entre 70 et 80) se trouve sur le territoire allant du Khaudum National Park aux réserves de la bande de Caprivi.

Au sud du pays à la frontière entre le Botswana et l’Afrique du Sud il est rare mais possible de trouver quelques groupes de lions isolés.

Le lion du désert sur la Côte des Squelettes

La Namibie abrite un type unique de lions, le lion du désert. Ces derniers se déplacent sur la Côte des Squelettes dans la région du Kunene, au nord du pays. Ils ont l’incroyable capacité de pouvoir survivre et s’adapter à l’aridité du désert du Namib.
Ces lions peuvent se passer de boire, se nourrissent d’autruches, d’Oryx et parfois d’Otaries. lls ne se reproduisent uniquement que lorsque les conditions sont favorables à leur survie et ils le font très rapidement.
Les lions du désert sont un spectacle rare et incroyable pour nos yeux. Il faut s’imaginer des lions marchant sur des dunes de sable, des montagnes rocheuses et des rivières asséchées.

Menacés de disparaître dans les années 1990, ils ont considérablement augmenté ces dernières années grâce au travail des ‘Conservancies’. Ces derniers sont un système d’organisation visant à la protection de la faune et de la flore et à la cohabitation entre les hommes et les prédateurs.

Ces lions sont aujourd’hui entre 180 et 200. Cependant, cela reste une population particulièrement vulnérable en raison des conditions arides et des problèmes de cohabitation avec les communautés locales.

Les lions se rendent parfois dans les villages environnants pour chercher de la nourriture. Les communautés en subissent des lourdes conséquences en termes de bétail et de sécurité. Pour conserver leurs ressources et survivre les villageois sont amenés à tuer ces lions.

Afin de mieux protéger les ces communautés et viser la préservation des lions, les ‘Conservancies’ peuvent par exemple rétribuer ses communautés de leurs pertes et améliorer la sécurité des villages. En contrepartie les villageois ont l’interdiction d’abattre les lions.

Les éléphants en Namibie

Les éléphants en Namibie

De part sa taille imposante, l’éléphant est parfois considéré comme le roi des animaux. Un mâle pèse en moyenne 7 tonnes et mesure 4 mètres au garot. Le gouvernement estime la population d’éléphants à 22 711 dont 13 136 dans le Nord-Est (Nombre d’éléphants du Nord à cheval avec les pays voisins).

Plus gros animal terrestre, très intelligent et sociable, il possède un système de communication très développé :
L’éléphant communique par le toucher que lui permet sa trompe. Avec celle-ci il peut identifier des objets et communiquer avec d’autres. L’éléphanteau va par exemple utiliser sa trompe pour demander à boire à sa mère.

Sur de longues et courtes distances, l’éléphant capte les sécrétions de ses compères qui le renseignent sur l’état émotionnel de ces derniers.

Il possède plus de 20 postures pour communiquer et lui permet de s’informer et d'impressionner ses pairs.

L’ouïe de l’éléphant lui permet de communiquer sur de longues distances (jusqu’à 10 km). Il est également en capacité de diffuser une grande variété de sons comme des sons à hautes ou basses fréquences imperceptibles par l’homme.

Les femelles et les mâles vivent séparés. Les femelles sont en groupe avec d’autres femelles de même famille. La matriarche mène le groupe de sœurs, filles et petites filles. Les mâles vivent seuls, plus calmes que les femelles, ils sont plus facile à approcher.

Cependant il ne faut pas approcher les éléphants mâles pendant la période de rut ou durant le Musth (état périodique ou l’éléphant sécrète par ses tempes une sécrétion ressemblant à du goudron). Ils peuvent être très agressifs et imprévisibles durant ces périodes.

Herbivore, il se nourrit de tout ce qui pousse et consacre la moitié de son temps à manger, soit environ 16 heures par jour. Il boit en grandes quantités, de l’ordre de 230 litres par jour.

Vous pourrez principalement observer ces colosses dans les points d’eau du parc d’Etosha. Dans ce parc, les éléphants sont recouverts de poussières et on les surnomme les éléphants ‘fantômes’.

Toutefois, c’est vers la Bande de Caprivi que vous pourrez apercevoir les plus grands troupeaux d’éléphants.

Les éléphants du désert

Tout comme les lions du désert, une population d’éléphant a réussi à s’adapter aux conditions de vies arides et hostiles du désert namibien : les éléphants du désert.
Ils sont environ 600 et on les trouve en liberté dans le Damaraland et sur la Skeleton Coast.

Contrairement à ses congénères des régions plus humides, l’éléphant du désert peut se passer de boire durant 4 jours. Ses pattes sont plus allongées et ses pieds plus larges pour pouvoir lui permettre de de marcher dans le sable. Profitant de la fraîcheur nocturne, il se déplace principalement la nuit.

À l’instar des lions du désert, la cohabitation entre les éléphants et les communautés locales de la région est difficile. Même si c’est par simple curiosité ou parce qu’ils veulent s’abreuver, les visites d’éléphant peuvent avoir des conséquences dévastatrices pour les villages.

Ces derniers peuvent mettre à mal les installations hydrauliques et les cultures agricoles.

Les ‘Conservancies’ qui sont un système d’organisation visant la protection de la faune et de la flore et la cohabitation entre les espèces sauvages et les hommes, jouent un rôle important dans ces conflits.

Les Conservancies installent par exemple des protections sur les éoliennes et les canalisations en veillant à ne jamais empêcher l’accès à l’eau pour ces éléphants.

Les rhinocéros blanc et noir en Namibie

Les rhinocéros blanc et noir en Namibie

Parmi les 5 espèces de rhinocéros, la Namibie en abrite deux, le rhinocéros blanc et le rhinocéros noir. Deux espèces menacées et plus particulièrement le rhinocéros noir. Cependant la situation des rhinocéros en Namibie est moins précaire que dans d’autres pays africains.

Leurs noms proviennent d’une confusion linguistique. En réalité les deux espèces sont grises mais le rhinocéros blanc est un peu plus clair que le rhinocéros noir.

Le rhinocéros blanc est plus grand et imposant. Celui-ci peut mesurer en longueur jusqu’à 4 mètres et en hauteur 1 mètre 90. Il pèse entre 2 et 3 tonnes.

Le rhinocéros blanc se distingue également de par ses grandes oreilles pointues, son large museau, une protubérance présente sur son cou et une corne plus longue. Celui-ci se nourrit d’herbes alors que le rhinocéros noir, de feuilles et de jeunes pousses d’arbre.

Tous deux ont en commun une très mauvaise vision et une très bonne condition athlétique. Ils peuvent dévaler jusqu’à 50km/h et faire volte-face en pleine course.

Le rhinocéros noir vit seul. Il s’active au crépuscule et pendant la nuit. Connue pour son agressivité c’est cependant un animal timide et très craintif. La femelle mettant généralement un seul petit au monde, elle restera avec lui jusqu’à qu’il atteigne sa majorité sexuelle.

Au contraire, le rhinocéros blanc vit en groupe, seuls les mâles plus âgés vivent seuls. Les jeunes quant à eux, forment des groupes provisoires et on peut les apercevoir parfois avec des femelles.

Largement présent il y a deux siècles, les rhinocéros noir et blanc sont en péril du fait du braconnage pour le très lucratif marché de leurs cornes. En effet, les cornes des rhinocéros sont utilisées en médecine chinoise et pour la confection de poignards au Yémen.

Afin d’éviter le braconnage, la Namibie est parfois amenée à couper les cornes de ces espèces. À savoir que le processus est indolore et que la corne repousse ensuite.

L’organisme namibien Save the Rhino Trust (SRT) travaille activement avec les populations locales et le gouvernement afin de veiller à la protection des rhinocéros.

C’est aux environs de la concession de Palmwag (Région du Kunene ) que vous pourrez admirer la plus grande population de rhinocéros en liberté.

À Etosha il faudra s’approcher des points d’eau la nuit pour les observer.

Une communauté de rhinocéros sont présent sur le plateau du parc Waterberg mais ils sont difficiles à observer sans l’aide d’un guide.

Les Girafes en Namibie

Les Girafes en Namibie

La girafe est l’espèce animale la plus haute du monde, mâles et femelles confondues mesurent entre 3,5 et 5,2 mètres. La femelle pèse entre 450 kg et 1200kg et le mâle entre 1800 kg et 2 tonnes.

Son nom tire son origine de la langue arabe (zarāfah). Auparavant son nom était camélopard, tirant son origine de la contraction des mots chameaux et léopard.

Les girafes vivent en troupeaux espacés car elles peuvent voir à de très grandes distances. Un troupeau peux comporter jusqu’à 15 individus des deux sexes.

Ruminant et herbivore, la girafe se passionne pour les feuilles d’acacias. Elles mangent à la fois de jour comme de nuit. Elle ne boit que tous les 1 à 2 jours. Elle trouve la majorité de son eau dans la végétation. Lorsqu’elle boit de l’eau elle doit écarter ses jambes. C’est un spectacle drôle à voir pour le spectateur. Si elle est obligée de se contorsionner c’est pour protéger sa circulation sanguine.

Les girafes ne dorment que très peu, environ 2 heures sur 24 heures. Toutefois elles somnolent debout les yeux grands ouverts. Elles s’allongent que lorsqu’elles se sentent en sécurité car si un prédateur rôde, elles mettent beaucoup de temps à se relever.

Si la girafe n’émet que rarement des sons, elle possède des cordes vocales. Elles communiquent entre elles via leur vision ainsi que par des postures et des mouvements de cou. La nuit, les girafes produisent des sons sourds pour communiquer.

À Etosha, les voyageurs pourront observer facilement les girafes, celles-ci y vivant en abondance.

Non loin de la capitale Windhoek, les girafes sont également présente dans la réserve de Daan Vilojen.

Vous pouvez également les voir sur le plateau de Waterberg ainsi qu’au parc national de Khaudaum.

Les nombreuses antilopes de Namibie

Les nombreuses antilopes de Namibie

Les antilopes sont des mammifères ruminants et herbivores. Il existe un nombre diversifié d’espèces en Namibie et elles sont présentes en très grand nombre.

Parmi ces antilopes vous pourrez croiser :

L’oryx ou autrement appelé le gemsbok

Il est un symbole pour le pays, on le trouve représenté sur les billets de dollars namibiens et fait partie de l’emblème national.
À l’âge adulte, il peut peser jusqu’à 250kg, il arbore un trait noir sur l’échine, sur sa queue et sur son ventre. Il possède également de grandes cornes en forme de V et celles-ci sont plus écartées chez le mâle que chez la femelle.

Les oryx se déplacent en groupe de 5 à 40 femelles avec leurs petits et sous la protection d’un mâle. Il se nourrissent au crépuscule, et supportent très bien l’aridité du désert. Ils peuvent en effet se passer d’eau durant quelques jours, s’hydratant avec l’eau contenue dans les végétaux qu’ils consomment (herbes et parfois melons sauvages).

On les aperçoit principalement à Etosha ou dans le parc de Namib Naukluft.

Le springbok

En néerlandais, son nom signifie ‘antilope sauteuse’. Celle-ci, quand elle se sent menacée, fait de grands sauts de 2 à 15 mètres, ce qui est un record parmi les mammifères terrestres. Elle est aussi rapide qu’un guépard (100 km/h).

Cette antilope mesure 75 centimètres et pèse entre 30 et 48kg. Elle se distingue par une bande jaunâtre qui sépare son dos de couleur fauve de son ventre blanc, ainsi qu’un trait noir sur ses joues blanches, lui donnant l’air d’être maquillée. Elle possède des petites cornes légèrement incurvées et plus grandes chez le mâle.

Les springboks sont séparés en un troupeau de femelles avec leurs petits et un troupeau de mâles non dominants (ne pouvant pas se reproduire). Les mâles dominants préfèrent quant à eux la solitude, durant la saison de la reproduction, ils peuvent rassembler de 10 à 30 femelles.

Ils vivent principalement dans les zones d’herbes rasées et évitent les hautes herbes car celle-ci réduisent leur visibilité et mouvements. Il se nourrit d’herbes, de feuilles et de bourgeons.

Très présente en Namibie et seule gazelle d’Afrique Australe, vous pourrez les trouver à Etosha, ou elles se déplacent en grands troupeaux au cours des fortes chaleurs.

Le Grand Koudou

Plus grande espèce d’antilopes, mâles et femelles pèsent entre 120 et 300 kg et mesurent entre 135 et 160 cm au garrot. Il est d’une couleur gris brun pourvu d’une dizaine de raies blanches sur les flancs. Il se fond dans la végétation et on le surnomme d’ailleurs ‘le fantôme de la brousse’.

Les mâles arborent de très grandes cornes (entre 120 et 180 cm) torsadées en spirales. Celles des femelles sont plus petites et elles en sont parfois dépourvues.

Le koudou est présent partout en Namibie sauf dans les zones trop arides.

Les mâles sont généralement d’un tempérament solitaire ou se regroupent en petits groupes. Cependant durant la saison d’accouplement, un mâle accompagnera un troupeau de femelles ainsi que leurs petits.

Ils se nourrissent d’herbes, de feuilles, de tiges et de cosses. Craignant la chaleur, ils mangent généralement en début et en fin de journée. Ils vivent dans les zones moins chaudes, boisées, ouvertes et rocailleuses pourvues d’eau et d’ombre à proximité.

Vous le trouverez principalement à Etosha ainsi que dans le parc national de Naukluft.

Vous pourrez également observer d’autres espèces d’antilopes comme l’impala, l’impala à face noire, le bubale roux, l’oréotrague sauteur ainsi que le dik-dik de Kirk…

Les 1300 hippopotames de Namibie

Les 1300 hippopotames de Namibie

Les hippopotames sont de grands herbivores et des mammifères semi-aquatiques. Malgré leur apparence rappelant le porc, leurs plus proches parents sont les baleines, desquelles ils ont divergé il y a 55 millions d’années. L’hippopotame est l’animal terrestre avec la plus grande bouche. L'hippopotame passe ses journées dans l'eau douce et boueuse.

A cause de sa masse importante et du fait qu'il ne dispose pas de glande permettant la transpiration, il est très vulnérable à la chaleur. Les hippopotames mènent une vie semi-aquatique, passant la journée à se reposer dans l'eau, puis la nuit à se nourrir sur terre. Ils sont très adroits dans l'eau. Leur peau épaisse n'a qu'une couche externe, qui se dessèche vite et se crevasse si elle n'est pas régulièrement humidifiée.

L’hippopotame nain :

Le terme d'hippopotame pygmée, ou hippopotame nain, est le nom de l'une des deux espèces actuelles d'hippopotames avec l’hippopotame amphibie. L'hippopotame nain est plutôt solitaire, il passe la journée caché dans un marais ou dans un terrier de loutre, creusé dans une berge. Son régime alimentaire varié comprend des racines et des fruits. Il mesure 2,30 m de long pour une hauteur de 92 cm et pèse jusqu'à 275 Kg. Cette espèce est vulnérable car son habitat se réduit et il est chassé par les braconniers.

La Namibie comptabilise actuellement plus de 1300 hippopotames.
Vous les trouverez dans à peu près tous les parcs nationaux de la Namibie.

Les différents types de crocodiles en Namibie

Les différents types de crocodiles en Namibie

Le crocodile comporte 23 espèces de crocodiliens dans les régions chaudes de la planète. 3 familles composent l'ordre des Crocodiliens :
· les Crocodilidés avec principalement les crocodiles ;
· les Alligatoridés comprenant les alligators et les caïmans ;
· les Gavialidés comprenant le gavial.

Le crocodile est un tétrapode (quatre membres) ovipare (pond des œufs) et il est ectotherme, signifiant que sa température corporelle n'est pas constante mais dépend de son environnement. Le crocodile passe le plus clair de son temps à réguler sa température pour atteindre environ 30°.

En Namibie, vous trouverez essentiellement des crocodiles nains, ils aiment se cacher dans les trous d'eau au pied des grands arbres des forêts d'Afrique. Leur taille maximum atteint les deux mètres et ils pèsent entre 30 à 45 kg.

En termes de reproduction, la femelle pond une vingtaine d'œufs, une fois par an, dans un nid fabriqué par elle à l'aide de débris végétaux. Ils sont carnivores et se nourrissent essentiellement de petits mammifères.

Le crocodile nain est robuste et trapu, il possède une peau très riche en plaques osseuses, ce qui rend difficile l'utilisation de sa peau.

Ils sont présents sur la Bande Caprivi qui est une région namibienne très humide avec de longs fleuves, on retrouve le Parc National de Bwabwata où vous pourrez les croiser dans les marais.
Le fleuve du Kunene est également très apprécié des crocodiles.
La Namibie possède une seule et unique ferme de crocodile à Otjiwarongo.

Les autres reptiles (serpents, lézards, caméléons...) en Namibie

Les autres reptiles (serpents, lézards, caméléons...) en Namibie

Les serpents

La Namibie compte 81 espèces différentes de serpents, dont plus d'un tiers ne sont pas venimeux. Seules 11 espèces s'avèrent potentiellement mortelles (dépendant de la morsure et de la victime), alors que 14 espèces peuvent infliger des morsures plutôt douloureuses.

Les serpents ressentant les vibrations sur le sol et préférant fuir à l'approche d'une menace, la rencontre avec l'un d'eux se révèle relativement rare. Il convient donc de ne pas nourrir de craintes excessives pour ces animaux, même si l'accident n'est pas à écarter si l'on se retrouve face à face avec un serpent venimeux. Pour réduire les risques, il est préférable d'éviter autant que possible des zones privilégiées par les serpents, telles que les hautes herbes ou les petits replis rocheux.

Parmi les différentes espèces, on peut observer :

  • la Vipère à corne ou Vipère heurtante qui s’enterre sous le sable pour se protéger du soleil et surprendre ses proies.
  • le Mamba noir au venin si puissant, qu’en quelques minutes, un seul serpent peut décimer un troupeau entier de vaches. Il est l’un des seuls serpents agressifs du pays.
  • le Boomslang vit dans les arbres où il guette les lézards et les oiseaux. Son venin est le plus toxique des venins d’Afrique australe, mais il est farouche et les cas de morsures sont rares.
  • le Python qui est l’une des races les plus connues au monde étouffe ses proies en s’enroulant autour, mais il n’est pas venimeux. Il a la particularité de ne jamais arrêter de grandir et il finit généralement par mourir de faim, incapable de satisfaire les besoins alimentaires d’un corps devenu trop grand.

Les tortues

Les tortues sont présentes dans tous les fleuves et marécages du pays.
On retrouve notamment la tortue de terre (homopus solos) se distinguant des autres tortues du genre Homopus parce qu’elle possède cinq griffes sur chaque patte avant et une concavité plastrale évidente chez les mâles adultes. Leur taille est comprise entre 10 et 20 cm à l’âge adulte. Il semblerait qu'il y ait dans cette espèce un certain dimorphisme sexuel, c'est-à-dire que les femelles seraient plus grandes que leurs mâles. Leur couleur est souvent uniforme et est proche du beige rougeâtre.

C'est une espèce de tortue endémique de Namibie. Son nom commun en français, homopode de Namibie, en fait d’ailleurs sa principale particularité. Le climat de Namibie chaud et humide semble favoriser la reproduction de cette espèce. Elle se rencontre surtout dans les environs du village de Aus, à une centaine kilomètre de la côte.

Les tortues de terre se reproduisent une à deux fois par an. Elles sont ovipares et les nids sont formés à la fin de l’été et au début du printemps de l’hémisphère Sud. Les œufs pondus sont en général peu nombreux : entre 2 et 5.

Bien qu’elle ait besoin surtout d’une grande quantité de végétaux et de légumes, elle mange en général ce qui l’entoure et peut être amené à manger des insectes, des charognes ou des excréments. Les plantes endémiques de Namibie sont cependant sa nourriture principale.

La tortue léopard est également très présente dans le pays. Reconnaissable aux motifs noirs qui ornent sa carapace jaune clair en forme de dôme, la tortue léopard est un reptile très plaisant à observer. La tortue léopard est herbivore.

Très répandue sur le continent africain, la tortue léopard s’adapte à une multiplicité d’environnement, des zones de déserts semi-arides aux plaines herbeuses plus humides.

Les tortues léopard atteignent leur maturité sexuelle à un âge avancé, et ce tout particulièrement lorsqu’elles sont à l’état sauvage. Ce n’est généralement pas avant d’avoir atteint l’âge de 12 ans que le mâle et la femelle s’accouplent. La femelle pondra de 5 à 18 œufs qui resteront enfouis dans le sol jusqu’à éclosion.

Les lézards

La Namibie est peuplée de différentes espèces de lézards.

​Le lézard Agama, parfois surnommé le "lézard spiderman", se balade partout en Afrique mais plus largement en Afrique Australe. En Namibie, Botswana, Angola ou encore au Kenya, on en croise toute la journée.

En français, il est nommé margouillat ou agame des colons.
Les lézards spiderman mâles ont le haut du corps et la tête rouge vif, orange ou violette, le reste du corps étant bleu marine. Les femelles sont quant à elles de façon permanente d'une couleur marron-brun. C'est quand ils ont des couleurs rouges et bleues qu'on croirait qu'ils portent le costume du super héros.

Les Agama adultes mesurent jusqu'à 35 cm y compris la queue, les femelles étant généralement plus petites que les mâles. Ils sont actifs le jour et regagnent leur terrier la nuit, ils vivent en tribu et sont omnivores (végétaux et insectes).

Les geckos représentent une variété de lézard principalement nocturne, avec de plus ou moins gros yeux et des pattes très adhésives qui leur permettent de se déplacer n'importe où. Ils en existent de nombreuses espèces.

Dans le Namib, notamment pendant les premières heures de la nuit, on entend régulièrement de nombreux cris en « teck teck teck ». Il s'agit de mâles geckos aboyeurs (long de 5 cm sans la queue) positionnés à la sortie de leurs terriers, qui tentent d'attirer les femelles ou qui démarquent leurs territoires.

Les caméléons

Le caméléon du Namaqualand (Namibie) adopte une posture d'intimidation. Le reptile n'est pas représentatif de la large variété d'espèces que l'on trouve surtout dans les régions tropicales d'Afrique et de Madagascar, et qui sont vivement colorées.

En effet, celui-ci vit dans les zones désertiques du désert de Namib et sa robe se confond avec le terrain rocailleux. Il peut atteindre une quarantaine de centimètres de long dont quinze pour la queue qui n'est pas préhensile du fait de son adaptation à la locomotion terrestre. Il arbore des épines dorsales et une sorte de pointe sur l'arrière de la tête.

Il traque sa proie en se déplaçant lentement et en projetant sa langue sur sa victime comme le pratiquent les autres espèces. Il se nourrit essentiellement d'insectes et d'arachnides. Compte tenu des différences de températures régnant dans le désert, il pratique la thermorégulation et change de couleur pendant les différentes phases. Sa longévité est de l'ordre d'une dizaine d'années.

Les 694 espèces d'oiseaux en Namibie

Les 694 espèces d'oiseaux en Namibie

On recense 694 espèces d’oiseaux en Namibie, visibles dans tout le pays.

Pour les petits oiseaux, on retrouve le ganga qui a l'allure d'une perdrix de 25-28 cm de long et pesant 140-280 g. Il existe en Namibie 2 espèces, le bibande et le namaqua. Les femelles des 2 espèces sont semblables, avec un plumage plutôt marron. Le mâle bibande possède une barre noire au-dessus du bec et un collier noir-blanc sur la poitrine alors que le mâle namaqua a un cou gris-orangé et un collier marron-blanc sur la poitrine.

Les gangas se nourrissent de graines au sol la journée et ils stockent de l'eau dans leurs plumes abdominales pour que les petits restés au nid puissent boire directement dans le plumage. Il n'est pas rare de s'approcher très près d'un groupe de ganga sans s'en rendre compte car ils sont silencieux au sol et attendent le dernier moment pour s'enfuir. Par contre, au moment de s'envoler, ils émettent des cris très caractéristiques.

Le tisserin à tête rousse connait une très longue saison de reproduction (juin à avril). Le mâle se distingue par sa tête noire et son corps jaune. Il construit sur des branches souples des nids ronds très bien tressés qui doivent plaire aux femelles. Si cette dernière accepte le nid, elle en assurera les finitions, alors que dans le cas contraire, le nid est détruit.

Les mâles sont polygames et peuvent avoir jusqu'à une trentaine de nids par saison. La femelle couve les œufs pendant 11-14 jours et nourrit seule les petits.

Le républicain social qui est un petit oiseau « banal » de 14 cm de long, au plumage brun-gris, dont le bec (chez le mâle) est cerclé de noir. Ce qui fait sa spécificité, c'est son fonctionnement en colonies de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d'individus qui nichent dans d'immenses nids communs, perchés sur des branches ou des poteaux.

Ces nids comportent plusieurs dizaines de petites chambres auxquelles les oiseaux accèdent par des tunnels étroits dont on voit les entrées en se postant sous le nid. Ces abris les protègent de la chaleur de la journée, mais aussi de la fraîcheur des nuits en se blottissant à plusieurs dans une chambre.

Par conséquent, le républicain social perd moins d'énergie à lutter contre les éléments, ce qui explique en partie que les colonies soient si nombreuses dans les zones arides du pays. Il passe beaucoup de son temps à entretenir et/ou agrandir le nid.

Chez les gros oiseaux, on retrouve par exemple l'aigle botté qui est un aigle de petite taille. Il se distingue déjà par sa silhouette. Les ailes sont plus longues et moins larges et la queue est plus longue, environ égale à la largeur de l'aile, et coupée au carré à son extrémité.

L'Aigle botté est forestier pour la reproduction. Il occupe aussi bien les forêts de feuillus (chênes, hêtres) que les pinèdes, en plaine comme sur les reliefs. Le nid est établi haut dans un arbre. Même s'il chasse fréquemment en milieu boisé, il préfère quand même repérer ses proies en milieu ouvert, mais les arbres ne sont jamais bien loin.

En hivernage, il est moins exigeant et fréquente tous milieux avec arbres comme la savane arborée. Il se nourrit de petits animaux appartenant aux trois classes de vertébrés terrestres, reptiles, oiseaux et mammifères, jusqu'à la taille d'un lapin ou d'un pigeon.

N'hésitez pas à nous donner votre avis
security image
Note moyenne pour cet article :
Tous les commentaires
le 08 juillet 2019
Super article très complet merci ça donne envie moi qui suis adorateur de toutes les espèces sauvages d'Afrique !
icone nl

Recevez nos bons plans